• Geo4i
Un des ajouts récents dans la version de développement de GDAL (2.0dev) est le support de tuiles raster dans le format GeoPackage.

 

Un peu d’histoire
Le format GeoPackage a été adoptée cette année comme un standard de l’OGC et couvre le stockage des données raster et vecteur dans un seul est même conteneur de type SQLite3. Cette approche n’est pas totalement révolutionnaire car il y avait déjà des précédents mais ce format vise à standardiser les formats et échanges dans le futur.
– Le stockage de format vectoriel en base de données SQLite3 a au moins fait par FDO (avec stockage de géométries que WKT , WKB ou Autodesk géométrie propre format binaire « de FGF ») et Spatialite (dans son propre binaire géométrie Spatialite le format, un peu dérivé de WKB, mais incompatibles, et avec des variantes compressées ainsi). Spatialite introduit l’utilisation de tables de SQlite RTree virtuelle pour mettre en œuvre index spatial. Les deux formats ont été pris en charge pour longtemps par le OGR SQLite pilote. GeoPackage vecteur ajoute encore un autre format binaire de la géométrie, GPB (GeoPackageBinary) qui se compose d’un en-tête suivi par WKB réelle, et a emprunté l’idée de RTree pour index spatial de Spatialite (qui était une mise en œuvre candidat dans les versions initiales)


– Le stockage de base de données SQLite3 rasters dans au moins a été fait par MBTiles , avec des tuiles raster étant stockées sous forme de tuiles PNG ou JPEG que les dossiers de type BLOB, et un schéma d’indexation de carreaux de niveau de zoom multiples. GeoPackage support de trame découle clairement de ce choix de conception, et d’utiliser la même dénomination des colonnes dans les tableaux de tuiles, mais avec diverses améliorations (qui seront perçus comme des défauts par les partisans de MBTiles simplicité), tels que le soutien pour les systèmes spatiaux de référence arbitraire (MBTiles est lié à Google Mercator projection) et tuilages personnalisés. GeoPackage peut également soutenir plusieurs tables raster dans le même conteneur.

 

Cependant une limitation subsiste avec le format actuel de GeoPackage, les images ne peuvent dépasser 8bits par bande, et chaque image est limitée à 3 bandes (R, G, B). Le format ne permet pas encore le stockage de MNE ou d’images multi-spectrales. Donc, il ya encore place pour d’autres solutions, telles que rasterlite 2 , la trame-côté de Spatialite, qui offre une variété de formats de stockage, des profondeurs de bits pris en charge, plusieurs régions avec des résolutions différentes au sein de la même couverture, etc…

 En plus de ce qui précède, GeoPackage introduit métadonnées (avec une organisation hiérarchique potentiel), façons d’exprimer schéma de couche et contraintes (au-delà des capacités de SQL fournis par SQLite 3), et un formalisme de définir des extensions à la spécification, à la fois pour quelques-uns officiel et normalisé extensions et plusieurs extensions « propriétaires ».

GDAL 1,11 avait déjà le soutien de la plupart des spécifications de vecteur GeoPackage. Des développements plus récents ont ajouté le support pour index spatial, géométries de courbe et tables non spatiales .

 Le soutien Raster manquait encore. Ce est maintenant le cas dans la dernière version de développement.

GeoPackage est aujourd’hui l’un des rares pilotes GDAL permettant de soutenir à la fois des données matricielles et vectorielles avec le même objet « Dataset », ce qui est désormais possible depuis la réunification de GDAL et des modèles de pilote OGR .

About the Author -

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *